Avez-vous fait cette remarque ? Les entreprises qu’elles soient néophytes ou anciennes sont toujours en quête d’évolution afin de pouvoir tenir au meilleur niveau ; en deux mots être compétitives. Cette volonté d’être mieux qu’elles ne l’étaient les amène à se retrouver quotidiennement à prendre conscience de quelques-unes des situations instables exigeant des réponses sures pouvant aboutir à de résultats pertinents. Heureusement, il existe un large éventail de moyens pouvant aider à solutionner n’importe quelle situation urgente nécessitant une réponse. Parmi ces outils nous pouvons déjà vous citer l’histogramme, le logigramme, la régression linéaire, le diagramme de causes et effets, etc. On parlera spécialement du dernier, le diagramme de cause-effets, qui représente un outil redoutable, pouvant solutionner très efficacement les problèmes surtout ceux de gestions. Encore plus intéressant, cet outil est à la portée de tous et facile à utiliser. Il vous suffit de savoir vous en servir et vous remarquerez la facilité avec laquelle vous vous en sortirez dans les dilemmes de gestions de vos entreprises. Le résultat est surprenant en un délai très bref. Nous verrons un peu plus tard d’où vient cet outil, son créateur, l’intérêt de ce diagramme et plus important, comment s’en servir !

Qu’est-ce que c’est le diagramme causes-effets ?

Le diagramme causes-effets encore appelé diagramme en arêtes de poisson est un des outils de qualités. Il est très utilisé dans la mise en œuvre de démarches, toutes aussi de qualités, visant simplement à surmonter les difficultés rencontrées dans plusieurs domaines. Le diagramme d’Ishikawa est surtout utile dans les domaines de la politique, des finances et bien d’autres.

C’est aussi un outil graphique un peu comme l’histogramme qui, pour son cas, a une représentation particulière en arêtes de poisson comme l’indique son nom. Il représente un outil simple et rapide non seulement de par sa forme, mais aussi par son fond.

diagramme ishikawa
ex de diagramme d’Ishikawa dans l’industrie

Le diagramme d’Ishikawa permet de déceler les causes potentielles d’un effet constaté et ensuite de trouver les moyens capables d’atténuer ces effets ou carrément les moyens assez efficaces pour pallier ces effets.

Qui l’a inventé ce diagramme ?

Cet outil est également connu sous le nom de diagramme d’Ishikawa, car celui-ci doit son nom à un des théoriciens devanciers de la gestion de la qualité, Kaoru Ishikawa. Ishikawa est un célèbre professeur à la faculté de l’université de Tokyo, un ingénieur chimiste japonais responsable de ce diagramme qui représente un des principaux outils pour assister les cercles de qualités.

Ingénieur chimiste de sa principale profession, il est né le 13 juillet 1915 puis a contribué activement à changer la face de plusieurs entreprises de partout à travers le monde au cours les années 60.

Notamment une entreprise locale : la Nippon Telephon & Telegraph. Cette dernière s’est vu appliquer le concept de contrôle de qualité fait par Ishikawa, et ce avec un grand succès.

Ce fut le coup de booste de la carrière de l’ingénieur. Passé d’animateurdeséminaires pour plusieurs ingénieurs et entrepreneurs sur le contrôle de qualité, Ishikawa a animé plusieurs conférences. Surtout dans les pays de l’Europe et de l’Amérique. Le père du diagramme de causes-effet vécut 73 ans avant de rendre l’âme suite à une hémorragie cérébrale le 16 avril 1989.

Intérêt du diagramme d’Ishikawa

Le diagramme d’Ishikawa est un outil de visualisation particulièrement connu dans le domaine de la qualité. Toutefois, il peut aussi servir pour tout métier d’entreprise et s’appliquer à toutes formes de problématiques.

Alors, en face de toutes situations faisant obstruction dans l’aboutissement à une réponse, le diagramme d’Ishikawa peut s’avérer utile. Ceci, peu importe que ces situations soient à l’origine d’un problème connu et reconnu.

Mais sans causes sous-jacentes identifiées ou un dysfonctionnement récurent paralysant le bon déroulement des activités d’une entreprise. Ce diagramme est aussi utile lorsqu’il y a une incapacité d’amélioration continue des prestations d’une entreprise. Tant que la situation c’est-à-dire le problème est réel et identifié, le diagramme de causes et effets s’avère nécessaire.

Ainsi, une fois le problème posé, le but sera d’identifier l’ensemble des causes possibles de ce dernier ainsi que l’impact de ces causes sur le problème. Ce diagramme peut également servir dans l’élaboration des plans d’action visant à résoudre un dysfonctionnement.

C’est aussi un outil graphique donnant une vue d’ensemble sur les causes ce qui permet de faire la synthèse des idées et de les structurer. Ce diagramme offre une infinité de solutions en passant par l’organisation schématique des étiologies d’un effet bien connu.

Comment se servir du diagramme ?

Savoir confectionner ce diagramme consiste simplement à respecter quelques étapes de son élaboration et représente déjà le moyen de savoir l’utiliser à bon escient. Les étapes pour la réalisation du diagramme sont au nombre de 5 à savoir :

  1. Relever l’effet sur lequel on veut agir : il représente le principal problème à l’origine de tous les dysfonctionnements et représente la << tête du poisson >> au bout de la ligne horizontale du diagramme.
  2. Identifier l’ensemble des potentielles causes induisant cet effet : ceci permet d’avoir une vision très large des étiologies des dysfonctionnements
  3. faire une classification des causes identifiées : par rangement de ces dernières suivant les 5 typologies de causes que constituent les 5M du dit diagramme formant les 5 arêtes du poisson qui seront reliés à l’horizontale
  4. faire ressortir la principale cause du problème : elle est dite << cause racine>> devra être identifiée pour chacune des classes du 5M (arêtes du diagramme)
  5. Préparer un plan d’action pour résoudre le problème pointé du doigt après la structuration schématique des étiologies du dysfonctionnement.

Pour faire court, Ishikawa a ainsi conçu un outil qui en partant de la problématique identifie la cause principale. Cela permet ensuite de trouver les solutions adaptées à cette cause en se basant sur les 5M de son diagramme.

À quoi correspondent les 5M du diagramme de causes et effets ?

Pour Ishikawa les causes des problèmes peuvent être distinguées selon 5 typologies. Il peut s’agir des problèmes liés à la main-d’œuvre ; aux matières premières ; au matériel; à la méthode et au milieu.

La main-d’œuvre est en rapport avec l’équipe et les collaborateurs, mais aussi aux compétences et savoir-faire.

Les matières sont en référence aux matières premières nécessaires à la production, mais aussi à leur niveau de qualité ;

Le matériel correspond aux équipements et moyens nécessaires à la production ;

La méthode qui elle désigne les techniques de production et commentle travail est organisé ;

 Le milieu qui représente le lieu de travail de même que les conditions dans lesquelles il se fait. D’une vision plus étendue, on peut aussi y ajouter le secteurd’activité, le marché, la concurrence, etc.

Ces 5M ont révolutionné la prestation des certaines sociétés tant au Japon qu’en Europe et en Amérique. Mais aujourd’hui, cette version-là est un peu obsolète au vu des progrès dans plusieurs domaines de l’industrie notamment les progrès de la technologie.

Le 5M a donc connu de réadaptations en fonction des exigences de nos jours par le changement de certains M et l’ajout d’autres. Prenons l’exemple du M de << matériels >> des fois remplacé par moyens.

Aussi ces M ne sont pas exhaustifs, car d’autres comme << mesures >> qui correspond aux activités de reporting et d’évaluation peuvent être ajoutes en pour la résolution de certains effets reconnus.

Cet outil qui permet de déceler les causes potentielles d’un effet constaté, et par extensions de proposer les moyens en mesure d’y remédier est avant tout une méthode de réflexion de groupe. Le principal but de ce diagramme est de mettre en évidence la cause la plus probable qu’il faudra vérifier dans la réalité.