VCO

Rencontre avec André Pochon

Rubrique

les lanceurs d'alerte

Titre

Rencontre avec André Pochon

Date 26-03-2008 de 9h30 à 10h00
Résumé

- ALORS QUE L’AGRICULTURE
- surconsomme de l’eau
- pollue les nappes phréatiques par les lisiers et les pesticides
- est dépendante du soja importé dont la culture participe à la déforestation de l’Amazonie
- essaie de promouvoir les OGM

- ALORS QUE
- 35 000 agriculteurs disparaissent chaque année en dépit des subventions
- les consommateurs demandent de plus en plus de qualité, quel que soit leur porte-monnaie
- la surconsommation de viande entraîne un gaspillage énergétique (à l’échelle mondiale, 78 % des terres agricoles sont dédiées à l’élevage)


Parce que les alternatives leur sont mal connues, beaucoup trop d’agriculteurs continuent dans cette voie catastrophique.
Le CEDAPA (Centre d’études pour une agriculture plus autonome) tourne le dos à l’infernal système agro-industriel.

André Pochon, paysan breton, témoigne qu’une autre agriculture, économe, saine, productive, est possible. Depuis quarante ans, il martèle, preuves à l’appui qu’un élevage à taille humaine est compatible avec de bons revenus pour le producteur. Avec des bénéfices pour l’environnement.

André, le roi du trèfle blanc, nous démontre que le bonheur est dans le pré ! En combinant le fourrage de ses prairies, un peu de céréales et des betteraves, il obtient sur ses terres l’équivalent de 120 quintaux de céréales à l’hectare contre 30 en moyenne. Autrement dit, André Pochon produit quatre fois plus en polluant beaucoup moins.

Défenseur d’une agriculture riche en emplois, respectueuse de l’environnement, de la santé des agriculteurs et des consommateurs

Avec le CEDAPA (qu’il a fondé en 1982), il s’appuie sur une poignée d’idées : nourrir les vaches en les maintenant le plus longtemps possible dans les prairies, les loger sur la paille plutôt que sur le lisier, renforcer la fertilité du sol et choisir des animaux en fonction du milieu local.

Que peuvent faire les consommateurs ?
- consommer moins de produits animaux et davantage de produits végétaux (voir le livre de Lilian Le Goff, « Manger bio c’est pas du luxe », Editions Terre Vivante)
- acheter des produits de qualité, élaborés dans des conditions saines

Que peuvent faire les agriculteurs ?
- répondre à la demande croissante de qualité en privilégiant les circuits courts, c’est à dire les plus directs du paysan au consommateur
- convertir les élevages industriels en productions plus locales à plus forte valeur ajoutée (marge bénéficiaire supérieure)

Qu’exiger de nos responsables politiques ?
- réduire (voire supprimer) les subventions au maïs irrigué et augmenter celles liées à la production d’herbe
- introduire une taxe carbone sur les produits agricoles et alimentaires gourmands en énergie
- appliquer le principe pollueur/payeur à l’agriculture

Références

http://www.ogmdangers.org/action/cr_conference/Pochon.htm


LES SILLONS DE LA COLERE - La malbouffe n\'est pas une fatalite

De : Jean-Marie Pelt , André Pochon
La Découverte , ESSAI, CRITIQUE, ANALYSE , 15/09/2006






8,00€ Prix éditeur

[Acheter en occasion]

* en occasion à partir de 7.60€

Ajouter au panier

Invités

André Pochon Paysans citoyens 14, boulevard Volclair, B.P. 56131, 35000 Rennes Cedex 2

Mots-clés

andré pochon

Medias

Aucun media